Abdou Aziz Diop, un commerçant de Dakar, passe une bonne partie de son temps à laver, coiffer et nourrir gratuitement des malades mentaux laissés pour compte de la capitale sénégalaise.

Les malades mentaux errants à Dakar

A Dakar, et comme dans toutes les capitales du continent, les malades mentaux errants font souvent partie du paysage urbain. Ils ne sont inquiéter que s’ils ont seulement un comportement violent. Et très souvent, c’est ce dernier type de comportement qui entraîne leur hospitalisation ou leur arrestation. Sinon, ces personnes atteintes de troubles mentaux lourds sont livrés à eux-mêmes et délaissés dans l’errance, et l’indifférence des populations locales.

Abdou Aziz Diop n’est pourtant pas psychiatre. Toutefois, ce commerçant dakarois a décidé de lutter contre une partie des facteurs contribuant à l’exclusion des déficients mentaux de la ville. Leur incapacité à se loger, à se nourrir et à prendre soin de leur hygiène sont aussi les principaux facteurs de leur errance.

Chaque fois qu’un déficient mental passe devant ou franchît le seuil de sa boutique, il se propose de l’aider en le coiffant et en le lavant, puis le nourrit et l’habille gratuitement. Dans une interview accordée à la BBC ce mois-ci, il a déclaré avoir pris en charge plus de 500 personnes présentant des troubles mentaux.

Redonner de la dignité

Au Sénégal, il est d’habitude de confondre les Baye Fall avec les déficients mentaux ou des mendiants à cause de la longueur de leurs cheveux. Ainsi, on comprend la nécessité de se les couper afin de ne pas être d’abord stigmatisé, puis marginalisé par le reste de la population.

Lorsqu’il sort une de ces personnes d’une partie de leur handicap social, c’est à chaque fois un soulagement pour Abdou Aziz Diop. Ayant déclaré le faire avec plaisir, il est monnaie courante qu’on lui dise qu’il est lui-même fou de prendre part à de telles activités.