Le géant américain Uber s’ est installé à Abidjan depuis le 5 décembre : c’est la première ville d’Afrique de l’Ouest à bénéficier de ce service.

L’application a été testée par 50000 personnes pendant un an, avec un résultat positif, même si Uber est en concurrence avec la société ivoirienne Taxijet, l’estonien Bolt, et l’application de partage de trajet Yango, fondée par le russe Yandex. La start-up française Heetch, qui disposait de taxis-motos, a été ,quant à elle, suspendue par les autorités pour des raisons de sécurité.

Uber continue donc son expansion mondiale débutée en 2009 : la société est en effet, implantée dans 700 villes dont 15 villes africaines.

Abidjan compte près de 5 millions d’habitants et offre un potentiel très important : les transports publics sont relativement limités et le nombre d’automobilistes assez peu élevé.

D’autre part, la capitale économique de la Côte d’Ivoire est le siège de plusieurs institutions internationales ; elle accueille aussi chaque année de nombreux touristes.

Le taux de pénétration des smartphones est très important ce qui facilitera l’implantation de l’application. De plus, le secteur des télécoms est d’un excellent niveau dans le pays.

La ville dispose de plans de développement et d’expansion économique  ambitieux dans un futur proche .

Uber dispose donc de nombreux atouts pour réussir son installation en Côte d’Ivoire, après le Ghana, le Kenya, le Nigéria, l’Afrique du Sud, la Tanzanie et l’Ouganda. Son prochain objectif en Afrique de l’Ouest : le Sénégal !