Le Burkina Faso a lancé les travaux de la mine d’or de Niankorodougou, dans la province de Léraba au sud-ouest du pays. Après 10 ans d’exploration, les travaux ont finalement commencé le 6 juillet pour une exploitation qui durerait environ 9 ans. D’après le ministre des mines et des carrières burkinabé, Oumarou Idani, les contributions directes au budget de l’Etat, en termes d’impôts et de taxes sont estimées à 84 milliards de FCFA. La mine et ses sous-traitants emploient dans la phase de construction plus de 1000 personnes. La mine génèrera dans sa phase de production, au moins 600 emplois permanents, sans compter les emplois indirects.

Burkina, l’essor de l’or du continent

Les deux dernières décennies le Burkina Faso a fortement augmenté ses exploitations minières et la production d’or est monté de 36 à 40 tonnes par an. Le secteur a participé à plus de 916 milliards de FCFA de contribution directe au budget de l’État entre 2008 et 2015 avec près de 600 autorisations et titres miniers actifs à la fin de l’année 2016.

Le niveau atteint par la production d’or du Burkina Faso vient de la combinaison de plusieurs facteurs. D’abord, la recherche qui a permis depuis plus de 3 décennies de mettre en évidence le potentiel minier national. Ensuite, les activités de promotion du secteur qui ont permis d’attirer plusieurs investisseurs vers le pays. Et, enfin, l’encadrement du secteur par des textes réglementaires dont le dernier en date est le Code minier de 2015.