Avec la hausse des marchés boursiers et des prix des matières premières, les milliardaires Africains sont plus riches qu’il y a un an. Les 23 milliardaires que Forbes a trouvés en Afrique , contre 21 milliardaires l’année dernière, valent 75,4 milliards de dollars, contre 70 milliards en janvier 2017.

Le géant nigérian du ciment et des matières premières, , est à la tête de la liste de continent, pour la septième année consécutive, avec une valeur nette de 12,2 milliards de dollars. C’est en hausse de 100 millions de dollars par rapport à l’année dernière. Dangote compte à aller au-delà du ciment. Il a ainsi investi dans une société de production d’engrais et une grande raffinerie de pétrole. Dangote Fertilizer devrait démarrer ses activités au deuxième trimestre de cette année.

Le numéro deux sur la liste est l’héritier des mines de diamants Nicky Oppenheimer d’Afrique du Sud, avec une valeur nette de 7,7 milliards de dollars, en hausse de 700 millions de dollars par rapport à l’année dernière. Oppenheimer est l’un des 8 Sud-Africains sur la liste, ce qui en fait le pays africain avec le plus de milliardaires.

L’Afrique du Sud et l’Egypte en tête

L’année dernière, l’Afrique du Sud et l’Egypte avaient le même nombre de milliardaires, 6 chacun. L’Afrique du Sud a néanmoins su passer devant cette année avec le nouveau venu Michiel Le Roux, fondateur et ancien président de Capitec Bank Holdings, cotée à Johannesburg, dont le titre a grimpé de plus de 50% par rapport à l’année dernière, faisant Le Roux un nouveau milliardaire de 1,2 milliard de dollars.

Le Zimbabwe obtient son premier milliardaire cette année : la puissance des télécoms Strive Masiyiwa, qui préside le groupe Econet. Les actions du réseau de téléphonie mobile coté au Zimbabwe Econet Wireless Zimbabwe ont augmenté en valeur au cours de l’année écoulée ; Masiyiwa possède plus de la moitié de cette société. Il détient également une participation majoritaire dans la société de fibre optique Liquid Telecom, qui a levé 700 millions de dollars en obligations en juillet 2017. Forbes estime la valeur nette de Masiyiwa à 1,7 milliard de dollars.

Une liste majoritairement masculine

Sans changement par rapport à l’année dernière, seulement 2 des 23 membres de la liste sont des femmes. Isabel dos Santos, la fille de l’ancien président angolais, José Eduardo dos Santos, est estimée à 2,7 milliards de dollars cette année, contre 3,2 milliards de dollars l’an passé. Sa valeur nette a notamment chuté en raison d’une valeur inférieure pour la baque angolaise Banco BIC; En effet, sa valeur comptable a plongé en 2016 dans une année difficile pour le pays producteur de pétrole. L’autre femme est le Nigérian Folorunsho Alakija, dont la fortune estimée à 1,6 milliard de dollars se trouve dans la société d’exploration pétrolière Famfa Oil, qui est associée à Chevron et Petrobras sur un champ pétrolier offshore lucratif.

La richesse a augmenté depuis l’année dernière pour 13 des 23 membres de la liste, a diminué pour 4 personnes et est resté le même pour 3 personnes. Les membres de la liste sont originaires de 8 pays : 8 d’Afrique du Sud, 6 d’Égypte, 3 du Nigeria, 2 du Maroc et un membre de liste d’Algérie, d’Angola, de Tanzanie et du Zimbabwe.