A l’occasion du lancement du Portail Afrique, nous nous sommes entretenus avec Samba Kanté, producteur du Samba Show et dénicheur des talents de demain. Nous le remercions pour sa disponibilité et vous souhaitons une bonne lecture.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Samba Kante. Je suis le Directeur général de la société de production XKSPROD ainsi que producteur. Egalement, je suis passionné par l’événementiel et la création de shows et je suis sans cesse à la recherche de nouveaux talents.

Pouvez-vous nous parler du Samba Show ?

Le samba show, c’est mon spectacle phare. C’est à travers cet événement, que je mets en avant, les talents que je découvre. C’est environ trois heures de show, avec de l’humour, de la danse et du chant. J’essaye de faire en sorte que tous mes spectacles soit joués dans de grandes salles parisiennes. C’est à travers ces événements, que vous avez pu découvrir, pour la première fois, des artistes comme Moussier tombola, Ahmed Sylla et beaucoup d’autres…

Comment l’idée vous est-elle venue ?

C’est très simple. Cette idée m’est venue après une discussion, avec certains artistes, qui se plaignaient de ne pas pouvoir jouer dans de belles salles et ce, malgré le grand talent qu’ils avaient… Je me suis donc dit pourquoi pas nous ?  C’est à ce moment-là, que j’ai décidé de créer mon propre show car si personne ne leur mettait le pied à l’étrier comment pourraient-ils percer ?  Mon but, alors, était de devenir cet étrier… Non pas pour être le chevalier blanc de la cause, mais juste parce qu’ils méritaient d’être mis en avant. Et puis je me suis pris au jeu et j’ai aimé ce que je faisais.

Quelles difficultés avez-vous dû surmonter ?

Des difficultés, il y en a toujours ! D’abord d’ordre financier puisque tous mes spectacles sont autofinancés par moi-même. Ensuite, trouver des salles sur Paris… Au début, nous n’étions pas pris au sérieux. Aujourd’hui, j’ai beaucoup moins de difficultés à trouver une salle, et j’ai même noué des partenariats et une grande amitié avec certains directeurs de théâtre. Enfin, il faut aussi jouer avec l’ego des artistes… Quand vous jouez devant une salle de 800 voir plus de 1000 personnes, en tant qu’artiste, en tant qu’homme, vous n’êtes plus du tout le même ensuite et il fait savoir gérer l’après ….

Quel bilan faites-vous ?

Le bilan est positif à 100 %, puisque ce sont des spectacles que je joue et que j’organise depuis plus de dix ans. Et, au vu du nombre d’artistes qui ont percé aujourd’hui, et qui sont passés par mes shows, je suis un homme heureux et comblé.

Comment dénichez-vous tous ces talents ? Certains se sont très vite imposés dans le paysage médiatique français, c’est un motif de fierté pour vous ?

Pour les dénicher, c’est très simple, il faut être très curieux. Je sillonne les salles de spectacles, je reste des soirées et des soirées à regarder des vidéos sur Internet, et je profite aussi de mon réseau français et africain, pour des remontées d’informations à propos d’artistes.
Et si certains se sont imposés rapidement, c’est qu’ils avaient énormément de talent, j’ai juste été un genre de booster pour eux.
Oui c’est une grande fierté. Je me dis que ça vaut vraiment la peine d’avoir fait tout cela.

Y-a t’il un moment qui vous a particulièrement marqué ?

Oui, le Festival Dakar Fait Sa Comedy organisé au Sénégal, cette année 2018, fut grandiose… Nous avons été reçu par le Président de le République! Qui peut se vanter d’avoir été reçu par le chef d’état de son pays d’origine… Ce fut une rencontre inoubliable. Organiser et jouer sur la terre de mes ancêtres était un rêve, qui s’est réalisé, et j’espère le réitérer chaque année… Le public sénégalais est juste extraordinaire.

Qu’avez vous ressenti lors de la date au Palace, le 20 mai 2017 ?

 La date du Palace était spéciale car il s’agit du théâtre d’un ami. J’en profite, d’ailleurs, pour rendre un vibrant hommage à Hazis Vardar, qui reste un modèle pour moi, et avec qui j’entretiens de très très bonnes relations.
De plus, j’ai beaucoup de souvenirs dans cette salle car j’y ai passé beaucoup de soirées à faire la fête lorsque le Palace était une des plus grandes boites de nuit de Paris. Y revenir après toutes ces années, m’a fait un petit pincement au cœur car je me suis rendu compte que les années ont passé….

Quels sont vos autres projets en cours en ce moment ou pour les mois à venir ?

 En ce moment, je travaille sur le lancement de ma première chaîne télévisée : D5TV. C’est une chaîne qui sera ouverte à tout le monde et qui sera généraliste. Je travaille aussi sur le prochain Samba show à Paris et sur le Dakar fait sa Comedy de l’année prochaine. Je travaille pour, qu’à moyen terme, ma société en France ait une succursale à Dakar. J’espère que ce sera fait avant 2019.  Enfin, ayant été nommé conseiller du directeur du Grand théâtre de Dakar, je travaille pour faire venir de grands artistes à Dakar.

Vous avez organisé un festival du rire au Sénégal, « Dakar fait sa comédy » le 17 mars dernier, pouvez-vous nous en parler ?

 Le Dakar fait sa Comedy, est un genre de samba show mais ouvert sur l’international. Nous avons pu faire jouer des humoristes, des chanteurs français et sénégalais et faire un mélange de culture sur scène.

Quelle relation entretenez-vous avec le Sénégal ? Y allez vous souvent ?

 Je suis un amoureux et un inconditionnel du Sénégal, pays où j’ai vécu durant six ans. J’essaye de m’y rendre au moins deux fois par an.  Le Sénégal est pour moi une source d’inspiration, et je veux m’y investir beaucoup plus

Vous êtes plutôt bissap à Yoff ou espresso à la terrasse d’un café parisien ?

Je ne bois pas du tout de café, et malheureusement je n’ai pas le temps de m’asseoir aux terrasses parisiennes pourtant j’aimerais beaucoup… Je suis donc bissap.

Comment faites vous vivre et coexister vos traditions sénégalaises et françaises ?

Je m’inspire, tous les jours, des deux cultures, des deux pays, c’est une véritable richesse. Je ne négligerai jamais l’une ou l’autre car Samba Kante sans le Sénégal ou sans la France ce n’est plus Samba Kante.

Que pensez-vous de l’intégration des immigrés en France ? Comment favoriser l’intégration plutôt que l’assimilation selon vous ?

Nous allons entrer dans le côté politique de l’interview et c’est un vaste sujet… Mais, pour être bref, de qui parle-t-on, de ces Français qui sont là depuis 30, 40, 50 ou 60 ans ou alors des immigrés qui sont en France depuis moins de 10 ans ?  Car ce n’est pas la même chose… Donc, je pense que vous me parlez de l’immigration récente. La seule solution pour favoriser l’intégration est de s’ouvrir au monde, s’ouvrir aux gens, ne pas être sectaire et resté dans l’entre soi.

Que feriez-vous pour améliorer les choses ?

Difficile de répondre à cette question, mais j’invite toutes et tous à aller voter et à choisir des dirigeants dignes de nous aider et de faire en sorte que les choses avances positivement pour nous.

Quel est votre plat sénégalais & français préféré ?

Le Thieb rouge ou le Mafé pour le plat sénégalais et entrecôte/frites/salades ou gratin dauphinois pour le plat français

Quel est le plus bel exemple du mélange des cultures sénégalaises et françaises selon vous ?

 Pendant mon séjour au Sénégal, j’ai pu me rendre compte que plusieurs français sont aussi bien intégrés que les sénégalais. D’autres encore, portent les couleurs du Sénégal avec leurs vêtements, écoutent et dansent du Mbalax. D’autre part, le métissage prend de plus en plus de place. Les cultures se mélangent donc entre elles et permettent au plus grand nombre de découvrir les différentes façons de vivre : nourriture, musique, vêtements….

Votre mot de la fin ?

Le mot de la fin…. je vous donne rendez-vous très bientôt pour un prochain Samba show, et un nouveau Dakar Fait Sa Comedy. Et, pour ceux qui ne me connaisse pas encore, je vous invite à me suivre sur les réseaux sociaux, et soyez heureux.