Pour cette 8ème édition de la Coupe du monde féminine de foot, trois équipes africaines se sont qualifiées lors de la Coupe du monde féminine 2019 organisée en France, du 7 juin au 7 juillet 2019 : le Nigeria, le Cameroun et l’Afrique du Sud. Les Nigérianes sont des habituées de la compétition, alors que les Sud-Africaines signent leur toute première participation à un tournoi mondial.

Ces sélections ont hérité d’un tirage relevé et vont affronter chacune dans leur groupe le gratin du football mondial. Les Nigérianes, championnes d’Afrique en titre, ont sur le papier les meilleures chances de tirer leur épingle du jeu lors de la compétition. Petit tour d’horizon de ces trois sélections et de leurs chances d’évoluer dans la compétition !

Le Nigéria

Placées dans le groupe A, les « Super Falcons » n’ont plus rien à prouver sur le continent africain. Avec 11 titres de Championnes d’Afrique au compteur, elles sont aussi constantes sur le continent que sur la scène internationale. Elles n’ont d’ailleurs jamais manqué une participation à la Coupe du monde féminine depuis sa création en 1991, et leur plus grand fait d’armes remonte à 1999, où elles avaient réussi à se hisser en quarts de finale.

Toutefois, les Nigérianes ont souffert pour décrocher leur billet pour la France. Elles avaient terminé 2ème de leur groupe derrière l’Afrique du Sud lors de la dernière Coupe d’Afrique des nations, avant de s’imposer en finale aux tirs au but contre les « Banyana Banyana« .

Lors du mondial, elles ont hérité d’un groupe relevé avec la France, qui joue à domicile, la Norvège et la Corée du Sud. Elles pourront toutefois compter sur leur attaquante vedette, Asisat Oshoala (FC Barcelone), joueuse africaine de l’année 2014, 2016 et 2017, ainsi que sur leur entraîneur expérimenté, Thomas Dennerby (lien en anglais). En 2011, il avait porté la sélection féminine de son pays d’origine, la Suède, à la 3ème place de la Coupe du monde.

Le Cameroun

Les Camerounaises se sont qualifiées pour le mondial féminin pour la deuxième fois consécutive, en terminant troisième de la dernière Coupe d’Afrique des nations. En 2015, au Canada, les « Lionnes indomptables » avaient atteint les 1/8èmes de finale. Dans leur palmarès, elles ont été vice-championnes d’Afrique en 1991, en 2004, en 2014 et en 2016.

À l’instar du Nigeria, elles n’ont pas hérité d’un tirage favorable pour la compétition. Logées dans le groupe E, elles affronteront le Canada, la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas, championnes d’Europe en titre. Elles pourront compter sur leur attaquante vedette et l’une des meilleures en activité, Gabrielle Onguéné (CSKA Moscou), qui avait offert la qualification aux Lionnes pour la compétition contre le Mali.

L’Afrique du Sud

Dans le groupe B, les Sud-Africaines s’apprêtent à vivre leur baptême du feu dans la compétition. Elles n’ont encore jamais participé à une Coupe du monde. Les « Banyana Banyana » se sont qualifiées en se hissant en finale de la dernière Coupe d’Afrique des nations durant laquelle elles ont été battues par les Nigérianes.

En France, elles auront fort à faire face à l’Allemagne, championnes du monde en 2003 et 2007, la Chine et l’Espagne. Pour relever cette mission, l’Afrique du Sud a à sa tête une femme, la sélectionneuse Desiree Ellis, pionnière du football dans son pays. Le groupe peut aussi s’appuyer sur sa capitaine de renom Janine van Wyk, défenseuse de 32 ans. Elle est désormais la joueuse la plus capée d’Afrique du Sud, hommes et femmes confondus, avec plus de 150 sélections au compteur.

Découvrez ci-dessous le programme des premières rencontres !

Norvège – Nigéria (demain à 21h)
Espagne – Afrique du Sud (demain à 18h)
Canada – Cameroun (lundi à 21h)