De l’anonymat à la célébrité, de la gloire à la prison, retour sur l’étonnant parcours de MHD, à l’affiche actuellement au cinéma, dans le film Mon frère.

Agé de seulement 25 ans, Mohamed Sylla, plus connu sous son pseudonyme de MHD, a déjà vécu une vie romanesque. Originaire de Vendée et fils de parents guinéen et sénégalais, Mohamed Sylla débarque dans le 19e arrondissement de Paris en 2003. Ses parents travaillent dans la restauration, sa mère dans une cantine et son père dans des cafés.

Il grandit dans la musique africaine, bercé par les mélodies de Salif Keïta et d’Awilo Longomba, et développe une affection pour le rap et la culture hip hop avec ses amis du quartier. A 18 ans il rejoint ainsi un collectif de rappeurs, 1.9 Réseaux. Il adopte alors le nom de MHD, contraction de son prénom, et écrit ses premiers textes, pose ses premiers flows, apparaît dans des clips de trap.
Il s’investira pendant trois ans dans ce projet avant de raccrocher, ne s’identifiant pas tout à fait aux codes du gangsta-rap.

Il suit alors les traces de ses parents et décroche un BEP restauration, suivi par plusieurs petits boulots. Alors qu’il est livreur de pizza, il part en vacances avec des amis d’enfances dans le sud de la France et enregistre un freestyle sur son téléphone, qu’il poste sur les réseaux sociaux « pour le délire » avant une sortie en jet-ski. A son retour son téléphone explose, la vidéo est devenue virale et les internautes en veulent plus.

Il publie dans les mois qui suivent plusieurs morceaux intitulés Afro Trap Pt., dont les tubes Champions League ou Fais le Mouv qui sont largement repris par les footballeurs.
La musique de MHD séduit par son originalité et son style « afrotrap », qui mélange le trap, rap et musiques africaines festives. En plus des instruments traditionnels, il chante également en peul et en wolof, regrettant que ses confrères regardent trop souvent vers les USA et pas assez vers l’Afrique comme source d’inspiration.

Sa notoriété grandit sans cesse et son succès dépasse les frontières, il est invité par tous les médias, assure la première partie de Booba, participe à la BO du film Pattaya et multiplie les featurings. Il sera même invité à l’Elysée par François Hollande lors de la venue du président guinéen Alpha Condé et ses morceaux sont partagés par Drake ou Madonna.

Son premier album éponyme confirme son succès, devenant double disque de platine. S’en suis alors une tournée internationale dont plusieurs dates affichent complets. Il se produira notamment au festival Coachella. Devenant une figure de la culture afro, il présente le nouveau maillot du Real Madrid dans une publicité pour Adidas avant de finalement devenir égérie de la marque Puma.
Il est le sujet d’un reportage de Léa Salamé, où on le voit accueilli en héros et escorté par des centaines de policiers lors de son concert à Conakry.

A la fin du mois d’août 2018, les fans tremblent d’impatience après l’annonce de la sortie de son nouvel album, 19. Tout bascule pourtant deux semaines plus tard, lorsqu’il déclare vouloir arrêter sa carrière :

« Plus envie de rien, plus envie de cette musique, je pense bien arrêter après cet album, cette vie n’est pas la mienne. Rien de stratégique, pas là pour un coup marketing, je parle avec le cœur, personne ne peut savoir la face cachée du succès, c’est un choix de vie et c’est très difficile de vivre comme ça…Mettre un terme à tout peut me faire le plus grand bien. »

Un mois après la sortie de l’album, il est déjà disque d’or, Bella notamment cartonne, avec 88 millions de vues sur Youtube mais les ennuis avec la police commencent, le rappeur est impliqué dans une vidéo d’un de ses proches lors d’une violente interpellation.

Le 15 janvier 2019, MHD est placé en garde à vue, suspecté d’avoir pris part à une rixe entre bandes rivales, dans la nuit du 5 au 6 juillet 2018, ayant conduit à la mort d’un jeune de 23 ans.
La police s’appuie sur deux vidéos lors de l’interpellation, où l’on voit la voiture de rappeur ainsi que « supposément » MHD, reconnaissable non pas à son visage mais par son survêtement Puma, non distribué aux grands publics mais seulement aux ambassadeurs de la marque.

Clamant son innocence, il est écroué le 17 janvier pour homicide volontaire et placé en détention provisoire à la Prison de la Santé. MHD a été entendu le 13 juin dernier par un juge d’instruction, sans changer sa version des faits et répétant son innocence.