Une boutique éphémère consacrée à l’Afrique se tient dans le quartier du Marais pendant toute la Fashion Week. Des créateurs africains présentent leurs modèles pratiquement introuvables en boutique, pariant sur le haut de gamme. Loin des clichés habituels, leur créativité ne connaît pas de limites et dépoussière la sagesse des vêtements européens.

Cette manifestation est organisée par Emmanuelle Courrèges : journaliste indépendante, elle a vécu de nombreuses années entre le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Elle a su découvrir des artistes de talent qui malheureusement ne disposaient pas de points de vente en Europe ; elle décide alors de créer le site « Lago54 » où elle commence à mettre en vente vêtements et accessoires et à promouvoir les couturiers africains : premier pas vers la reconnaissance et ouverture vers un marché international. De la joaillerie à l’importation d’objets artisanaux de qualité pour les boutiques des musées des Arts Décoratifs et du quai Branly et du MOMA de New York, elle projette de présenter 24 marques de créateurs venus de 10 pays africains au prochain salon Maison et Objet de Villepinte.

Parallèlement à cette manifestation, il faut rappeler que l’Afrique a été pour la première fois récompensée par le prix LVMH. Le créateur sud-africain Thebe Magugu, plus jeune candidat de la sélection (26 ans) a ainsi reçu une dotation de 300 000 euros, ce qui va lui permettre de développer sa griffe. D’autre part, LVMH lui offre une année de conseils dans différents secteurs : communication, production, distribution, etc…

Très créatif, Thebe Magugu travaille à Johannesburg : les tissus qu’il utilisent proviennent tous d’Afrique et sont d’une exceptionnelle qualité. L’aide de LVMH va donc être déterminante pour l’essor de sa marque en Afrique et dans le monde entier.

De plus en plus de talents vont donc pouvoir éclore et s’affirmer sur la scène internationale.