« Nous croyons que le prochain Einstein sera africain. Nous travaillons à construction d’une Afrique au centre de la science et de la technologie. »

La NEF (Next Einstein Forum) est une plateforme qui connecte la science, la société et la politique en Afrique et partout dans le monde, avec l’objectif d’utiliser la science comme un levier de développement global. La NEF est convaincue du rôle crucial de l’Afrique dans la communauté scientifique afin d’œuvrer au progrès global. Ainsi la NEF place ses espoirs dans la jeunesse africaine, la force motrice de la renaissance du continent. Cette initiative est portée par l’Institut Africain des Sciences Mathématiques et Robert Bosch Stiftung, l’une des plus importantes fondations privées en Europe, connue pour sa promotion des sciences naturelles et sociales.

Tous les deux ans les membres se réunissent lors des NEF Global Gatherings, et présentent les dernières avancées scientifiques qui doivent influencer les décisions politiques et économiques à venir. Ainsi, au-delà des scientifiques présents, bons nombres de décideurs assistent à la conférence, des chefs d’Etat, ministres, chef d’entreprises ou encore journalistes.
Soutenant la jeunesse et les femmes, la NEF offre une tribune aux scientifiques leur permettant de faire entendre leurs voix. La première édition a eu lieu en 2016 au Sénégal, puis en 2018 au Rwanda à Kigali. La prochaine édition aura lieu du 10 au 13 mars à Nairobi, au Kenya, sous le patronage du président, Uhuru Kenyatta.Le 5 août dernier, la liste des 25 scientifiques participants à la prochaine édition a été dévoilée à Kigali. Parmi eux on compte 11 femmes et 14 hommes, issus de 14 pays africains différents.
Ils travaillent dans des secteurs scientifiques variés, des énergies renouvelables aux nanomatériaux, de la sécurité alimentaire à la planification urbaine. Ils ont tous moins de 42 ans.