En 2017, Yoann Aboulkassimi et son ami Nil Yahiaoui se rendent à Dakar dans le cadre d’un volontariat international. Ils découvrent les tissus locaux et les ateliers de tailleurs.

Rentrés en France, les vêtements rapportés du Sénégal connaissent un grand succès auprès de leurs amis.

Ils décident alors de retourner à Dakar, s’associent au tailleur Boubacar et créent un bomber réversible (wax et tissu uni), symbole de métissage entre les deux cultures.

Les deux associés font la connaissance de Zaccaria Morel et d’Ousmane Diouf, originaire du village de Kiniabour où les quatre hommes se rendent régulièrement.

Dès 2018, ils participent à des festivals et à des événements éphémères en France et au Sénégal afin de commercialiser leurs créations.

En 2019, c’est la naissance de la marque « Le petit dakarois » , produisant des vêtements éthiques et solidaires… En plus de Boubacar, trois nouveaux tailleurs sont engagés. La société offre un produit de qualité tout en faisant voyager : elle met en valeur les tissus et le savoir-faire sénégalaisChaque acteur est rémunéré de façon juste et équitable dans le but d’avoir un impact durable sur l’artisanat et l’économie dans la région de Dakar.

A la suite de l’accueil reçu à Kiniabour, les quatre amis décident d’aider le village selon les besoins exprimés par la population : 10% des bénéfices sont reversés à l’association solidaire de Kiniabour. La dernière réalisation est la rénovation de la case de santé.

La devise du « Petit Dakarois » est « Nio Far » : on est ensemble en wolof.