Un jeune Malien sans-papiers a sauvé un enfant samedi 26 mai à Paris. Il a été reçu à l’Elysée par le président Français Emmanuel Macron ce matin. Il sera naturalisé et intégrera le service civique des sapeurs-pompiers.

Reçu par Emmanuel Macron

Mamadou Gassama est devenu un « héros » après avoir sauvé un enfant suspendu dans le vide au 4ème étage d’un immeuble. Il a été reçu ce dimanche mai à l’Elysée. « C’est un acte exceptionnel, un acte d’héroïsme. J’ai souhaité qu’on puisse prendre une décision exceptionnelle pour vous » a dit le président au jeune homme visiblement très ému. Le chef d’Etat a annoncé que ses papiers allaient être régularisés. Il lui a proposé de lancer les démarches de naturalisation et d’intégrer le service civique des sapeurs pompiers.

Emmanuel Macron a cependant précisé qu’il s’agissait d’une décision exceptionnelle « On ne peut pas donner (de papiers) à tous ceux qui viennent du Mali, du Burkina. Quand ils sont en danger on donne l’asile, mais pas pour des raison économiques ». « Mais pour ce qui vous concerne, vous avez fait quelque chose d’exceptionnel. Même si vous n’avez pas réfléchi, c’est un acte de courage et de force qui fait l’admiration de tous » a-t-il dit au jeune Malien.

« Un acte d’héroïsme »

Ce dimanche 27 mai, dans le 18e arrondissement de Paris. Un enfant qui jouait dans le balcon s’est retrouvé suspendu dans le vide au 4ème étage. Le jeune homme a escaladé la façade de l’immeuble pour le sauver. La scène, ahurissante, a été filmée par des passants qui s’étaient regroupés en bas. On peut voir l’homme escalader à mains nues et en quelques secondes les quatre balcons de la façade de l’immeuble avant de récupérer l’enfant et le mettre en sécurité.

Mamadou Gassama, interrogé par les médias à la suite de cet acte, raconte : « J’ai vu beaucoup de monde en train de crier, et des voitures qui klaxonnaient. Je suis sorti, j’ai couru pour regarder les solutions pour le sauver. J’ai réussi à attraper le balcon, je suis monté comme ça et, Dieu merci, je l’ai sauvé« . Il ajoute : « J’ai eu peur quand j’ai sauvé l’enfant et puis on est allé dans le salon, je me suis mis à trembler, je n’arrivais plus à tenir sur mes pieds, j’ai dû m’asseoir ».