Du 5 au 8 a eu lieu à Cannes le MIDEM, le plus grand rassemblement de l’industrie musicale mondiale. Pour cette édition, l’événement a accueilli l’African Forum en prévision d’une très prochaine explosion du marché africain.

 

4 400 participants étaient présents pour ce rendez-vous de l’industrie musicale : managers, journalistes, responsables de majors, de petits labels ou de sociétés digitales, vidéastes, ainsi qu’une centaine d’artistes. Mais cette année, l’événement consacre pour la première fois un focus sur la musique africaine avec la tenue de l’African Forum.

De nombreuses conférences ont eu lieu, avec des débats sur l’influence des artistes africains, sur la distribution de la musique sur ce continent. Certains artistes ont également donné des concerts comme le sud africain BigStar ou les Ivoiriens de Kiff No Beat.

 

Un marché au potentiel énorme

Alexandre Deniot, directeur du Midem, explique le choix de cet African Forum, rappelant le potentiel énorme du continent. « La musique africaine est une des musiques les plus influentes dans le monde, mais elle représente uniquement 2 % de la musique enregistrée. L’initiative qu’on a lancée est là pour la professionnalisation des acteurs de cette industrie et crée des liens entre la communauté internationale et l’Afrique. »

Ce potentiel s’explique aussi par un marché africain en pleine expansion. José Da Silva, président de Sony Abidjan explique : « Quand vous avez un continent qui va faire plus de 800 millions de smartphones dans cinq ans et que tout le business model de la musique est basé là-dessus, les clips, le streaming, vous voyez pourquoi ça intéresse tout le monde ». Jean-Noël Tronc, de la société d’auteurs française Sacem ajoute « Tout le monde sait que le marché va exploser. On parle de 80 millions de dollars pour le marché du streaming en 2020 au Nigeria ».

Déjà en avril, le Midem African forum avait réalisé une tournée dans les capitales de Côte d’Ivoire, du Nigéria, de l’Afrique du Sud et de la République du Congo. Au programme des concerts, ateliers et conférences. Ces événements avaient rassemblé près de 400 professionnels (labels, opérateurs de téléphonie mobile, plateformes de streaming, éditeurs, artistes, médias).