« Exister c’est être perçu et percevoir. Alors si on ne fait pas attention à vous, ça veut dire que vous postulez à la mort parce que vous n’existez pas », explique avec verve un « sapeur » lors de l’émission Sept à Huit. Ici, il n’est pas question des sapeurs pompiers mais des « sapeurs » de la mode.

En effet, la sape est une mode vestimentaire originaire des deux Congo (République du Congo et République démocratique du Congo). Ses adeptes, appelés les « sapeurs » se revendiquent membres de « La Société des ambianceurs et des personnes élégantes » (SAPE). Ces derniers s’habillent ainsi chez les grands couturiers, et pratiquent ce qu’ils appellent la sapologie.

L’intérêt des congolais à s’habiller aussi chic est très ancien et en partie lié à la colonisation. Les congolais se sont appropriés le style des colonisateurs. Mais la culture de la sape est réellement née à Brazzaville, aux années 70. Ce courant, qui peut être comparé au dandysme, a fusionné l’élégance des costumes occidentaux avec les couleurs africaines.

Voir aussi notre article : Ces mannequins africains qui s’emparent de l’industrie mondiale de la mode

La sape étant un phénomène masculin, a ses meilleurs tel Djo Balard et ses courants : l’un se réclamant du pur classicisme, l’autre plus déjanté. Mais les sapeurs suivent exclusivement la ligne de Paris, capitale de la mode et haut lieu de sape pour la diaspora qui diffuse les tendances et les marques incontournables. « Voir Paris et mourir », le sapeur rêve d’un voyage initiatique qui le consacrera dans son art. La sape a sa propre philosophie et son code de conduite implicite pour ses suiveurs. Elle représente son indissociabilité avec la non-violence, l’hygiène et le savoir-faire.

« Sape », un nom aux origines floues

L’origine du mot Sape dans le sens du « dandysme militant à la congolaise » est inconnue. Cependant, beaucoup de sapeurs affirment sans base vérifiable que le terme « Sape » provient de la déviation du sens originel du verbe « saper » qui veut dire : détruire quelque chose à la base par une action progressive et secrète. L’auteur de ce néologisme serait Christian Loubaki, dit « Enfant Mystère », qui avait mal interprété les paroles de son patron. Ce dernier lui aurait dit un jour à Paris : « Tel que tu t’es habillé, tu vas saper le moral de tes amis.» Le verbe « saper » utilisé par le patron français n’avait alors rien à avoir avec le fait de bien s’habiller comme l’aurait traduit Loubaki de retour à Brazzaville en 1976.

La sape est un patrimoine national pour Congo, une vitrine de la culture congolaise. Ce phénomène a été même le sujet du film, Black Mic Mac de Thomas Gilou en 1986. Le youtubeur « DycoshTV » a également consacré plusieurs sketchs sur le thème de la sapologie. Ses vidéos hilarantes sont devenues virales sur lees réseaux sociaux.