En Namibie, la pluie est un motif de fête. Lors de pluies abondantes dans le pays, il n’est pas rare de voir des enfants et adultes dehors, dansant dans les flaques et célébrant la pluie. Pour les locaux, elle est symbole de fertilité et de croissance, elle est vitale pour l’agriculture et donc pour les Namibiens.

Un rythme basé sur les pluies

Le pays étant désertique, la pluie est souvent aux centres des conversations. Les habitants l’attendent avec impatience et la guette, elle rythme leur année et leur quotidien. La saison des pluies en Namibie s’étend de décembre à mars, le climat y est alors chaud et humide.

Le bleu du drapeau national namibien représente par ailleurs à la fois le ciel mais aussi l’eau, celle de l’océan et des pluies. En Namibie, la pluie n’est pas une contrainte, bien au contraire, elle est une ressource essentielle pour le pays et ses habitants et est reconnue comme telle.

Les San, où « le peuple qui suit l’éclair »

Chez les anciens « Bushmen », aujourd’hui appelé le peuple San, il existe des rituels de danse de la pluie. En période de grande sécheresse, alors que l’agriculture ou l’élevage peuvent rencontrer d’importantes difficultés, les peuples San tiennent des cérémonies pour implorer la pluie. Ils étaient autrefois connus comme « le peuple qui suit l’éclair » car, nomades, ils se déplaçaient en fonction des pluies, essentielles pour se nourrir.