En 2016, la première journée sans voiture a été lancé comme évènement mensuel par le Conseil de la Ville de Kigali, en partenariat avec le Centre Biomédical du Rwanda, dans le but d’encourager une vie saine à travers des exercices collectifs tout en combattant les maladies. Depuis, le nombre de participants est en croissance perpétuelle et des pays comme le Kenya et l’Ouganda ont rejoint l’initiative. De 7h du matin à 10h du soir, toute une partie de Kigali est interdit à la circulation, de la Maison du Centenaire jusqu’au Stade Amahoro, afin d’offrir aux habitants la possibilité de profiter des rues, de courir ou de faire du vélo, ou d’autres activités non motorisées !

Le gouvernement est en train d’étendre la journée sans voiture en dehors de la ville, afin que plus de personnes puissent bénéficier des avantages. L’initiative inclut un pack avec une visite médicale offerte, afin de prévenir et combattre les maladies non-contagieuses comme le cancer, le diabète et les maladies chroniques respiratoires.

« Au début peu de gens suivaient l’évènement mais aujourd’hui le nombre a grandi et c’est un bon indicateur. Maintenant nous avons deux jours par mois sans voiture parce que les gens l’ont demandé. Et nous pensons faire un sondage auprès des participants pour voir s’ils veulent encore étendre le projet » explique Chantal Rwakazina, la Maire de la ville de Kigali.

Selon Rwakazina, à peu près 6000 habitants ont participé à la journée sans voiture. De plus, l’environnement est également protégé car cela réduit les émissions de gaz à effet de serre. Un air plus plus propre et une population en bonne santé sont bien évidemment un bond en avant pour le développement. Le Rwanda est connu pour son interdiction des sacs plastiques et avec la journée sans voiture, le pays sera encore plus attractif pour les touristes du monde entier.

« Beaucoup viennent apprendre de nous. Il existe une association des maires francophones du monde entier qui ont une assemblée générale en France cette année en novembre. Le thème sera le sport dans la communauté, et beaucoup sont intéressés par la journée sans voiture tel que nous le faisons à Kigali. Ils ont même tourné un reportage qui sera présenté durant la conférence » raconte Rwakazina.