L’ancien Secrétaire Général des Nations Unies s’est éteint le 18 août dernier à Berne en Suisse. Il avait exercé la fonction de 1997 à 2006, soit deux mandats, et avait reçu le Prix Nobel de la Paix en 2001.

D’origine ghanéenne, Kofi Annan étudie le droit à l’Université de Kumasi puis au Macaslester College aux Etats-Unis. Il intègre ensuite l’Institut des hautes études internationales de l’Université de Genève et achèvera sa formation au très prestigieux MIT (USA).

Il effectue sa carrière au sein des Nations Unies et travaille pour l’OMS, à la Commission économiques des Nations Unies pour l’Afrique, au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés avant de devenir sous-secrétaire général à la gestion des ressources humaines au siège à New York.

Il est promu en 1993 sous-secrétaire général de Boutros Boutros-Ghali et débute son premier mandat de Secrétaire Général de l’ONU en 1997.

Il est nommé à partir de 2007 à la direction de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique et prend la présidence de l’Organisation mondiale contre la torture la même année.

Kofi Annan est impliqué dans la résolution pacifique de plusieurs conflits, notamment en Afrique où il avait calmé les violences au Kenya en 2007, suites aux résultats des élections. Il a également participé à la médiation et l’accord entre le Nigeria et le Cameroun, sur la question de la péninsule pétrolière de Bakassi.
C’est notamment grâce à son intervention que s’est arrêtée la guerre entre l’Ethiopie et l’Erythrée.

C’est un grand homme que le monde a perdu. Qu’il repose désormais en paix, lui qui a lutté toute sa vie pour cette cause.