Après des années de rumeurs, relancées récemment par le journal anglais The Daily Star, Idris Elba ferme la porte et annonce qu’il ne jouera finalement pas le rôle du célèbre espion britannique. Retour sur un feuilleton long de 7 ans, entre pression des médias, piratage de Sony et racisme populaire.

Mais qui est Idris Elba ? Pour ceux d’entre vous qui se posent la question, Idris Elba est un acteur et producteur britannique, connu notamment pour ses performances dans les séries The Wire et Luther, ainsi que pour avoir incarné Nelson Mandela dans Un long chemin vers la liberté. Il a remporté, entre autre, le Golden Globe du Meilleur Acteur dans une série.

Idris Elba et James Bond, une histoire d’espionnage.
Tout commence en 2014 après le piratage du système informatique de Sony et la publication en ligne de documents confidentiels. Parmi les informations diffusées, on apprend notamment qu’Idris Elba est pressenti pour le rôle de 007, comme le confirme un email entre Amy Pascal,  ex co-présidente du conseil d’administration de Sony Pictures Entertainment et Elizabeth Cantillon, ancienne vice-présidente de Columbia Pictures.

Il n’en faut pas plus à la presse britannique pour s’embraser, et poser sur le tapis la question du premier James Bond noir.

Finalement c’est bien Daniel Craig qui conservera son rôle dans Spectre. Le feuilleton reprend en août 2018, alors que la sortie du prochain James Bond est prévue pour fin 2019, avec de nouvelles rumeurs de rencontres avec les producteurs.
Entre un Daniel Craig qui se dit las du rôle, le départ de Danny Boyle à la réalisation, et les précédentes déclarations d’Idris Elba, qui avait dit qu’il accepterait le rôle si on lui proposait en 2014, tout semblait réuni pour l’acteur rejoigne le casting du film.

La rumeur enfle, alimentée par l’acteur lui même avec ce tweet référence à 007…puis retombe comme un soufflé avec un deuxième tweet de l’acteur, citant le groupe de rap Public Enemy et leur morceau « Don’t believe the hype » (ne croyez pas les médias).

La rumeur s’achève part un « non » catégorique de l’acteur en conférence de presse, mettant fin aux discussions.

S’il apparaît clair qu’Idris Elba ne sera pas aux commandes de l’Aston Martin dans le prochain opus, tout ce battage médiatique a au moins eu le mérite d’ouvrir le débat sur la question d’un James Bond noir, pour le meilleur et pour le pire.