Beaucoup de gens semblent l’oublier, mais le « rap game » américain compte un rappeur d’origine marocaine parmi ses plus éminents représentants. Retour sur la carrière de French Montana, un des meilleurs rappeurs africains du moment

Karim Kharbouch nait en 1984 à Casablanca, et y vit jusqu’à ses 13 ans. Il quitte alors le Maroc pour s’installer à New York avec sa famille. Il apprend l’anglais, et se lance dans les « rap battles » sous le nom de Young French, comme une des deux langues (avec l’arabe) qu’il maitrise à son arrivée en Amérique. « Montana » viendra plus tard, en hommage au personnage de Scarface. Il commence à produire des DVDS nommés « Cocaine City », qui font connaitre ses battles. Il réalise aussi des interviews de rappeurs

En 2003, un évènement change sa vie : il reçoit une balle dans la tête en sortant d’un studio d’enregistrement. Il est soigné pendant plusieurs semaines à l’hôpital. Il explique plus tard que cela l’a inspiré à travailler plus dur pour devenir un meilleur rappeur. En 2009, il signe avec le label de son ami Akon, un rappeur d’origine sénégalaise. C’est le début de la gloire pour French. En 2013 sort son album « Excuse My French », qui connait un succès énorme. Il collabore notamment avec Drake, Nicki Minaj ou Snoop Dog. En 2017 sort « Jungle Rules », son deuxième album. Mais ce sont surtout ses mixtapes fréquemment publiées qui le font connaître, et lui valent son surnom de « roi des mixtapes ». Il collabore aussi régulièrement avec d’autres artistes sur leurs albums.

S’il acquiert la nationalité américaine en 2018, il n’oublie pas pour autant son Maroc natal et l’Afrique. Ses actions humanitaires en Ouganda lui ont valu le titre de « Global Citizen Ambassador », une première pour un rappeur. Le clip de son titre « Unforgettable » est d’ailleurs tourné dans ce pays. Ses parents apparaissent sur également sur la pochette. Dans un pays où l’Afrique n’est que très peu connue, il représente son continent d’origine et ne cache jamais la fierté de qui il est.