Fatoumata Diawara se produisait vendredi soir au Montreux Jazz Festival. Chanteuse d’origine Malienne, engagée, à la voix à la fois puissante et douce, son parcours s’est dessiné entre l’Afrique et l’Europe. Initiée tôt à la danse, la musique et la comédie, cette artiste aux nombreux talents adresse des sujets de société avec espoir, optimisme et esthétisme.

Un parcours entre le Mali, la France et l’Italie

Née à Abidjan, en Côte d’Ivoire, elle grandit ensuite chez sa tante dans la région de Sikasso, au Mali. Dès son plus jeune âge, elle est initiée à la danse et la guitare par son père, et à la comédie par sa tante, elle-même comédienne au Mali. C’est en 1997 qu’elle se fait repérer par le cinéaste Malien Cheick Oumar Sissoko qui lui propose le premier rôle féminin du film La Genèse et lance sa carrière d’actrice. L’année suivante, elle quitte le Mali pour aller travailler au Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris.
En 2002, elle rejoint la compagnie Royal de Luxe, emblématique du théâtre de rue français, dans laquelle elle jouera pendant six ans. En 2006, elle rejoint Bintou Wéré, l’Opéra du Sahel de Wasis Diop, joué en avant première à Bamako en 2007. Elle jouera ensuite le rôle de Karaba dans la comédie musicale de Kirikou et la Sorcière.
En parallèle, elle commence à travailler sur son premier album et se crée un univers musical qui lui est propre. Fatou sort alors en 2011 et rencontre un véritable succès partout dans le monde. Elle travaille ensuite sur l’album « Lamomali » de Matthieu Chedid et Toumani Diabaté où sa voix vient sublimer la moitié des titres. L’album sort en 2017, un an avant la publication de son deuxième album Fenfo.
Fatoumata Diawara vit désormais à Milan, en Italie, avec son mari et son fils, et attend son deuxième enfant.

Une artiste complète

Fatoumata Diawara est une artiste pluridisciplinaire, d’abord destinée à être comédienne, puis s’étant ensuite construit une carrière de musicienne. Elle est auteure-compositrice-interprète, joue plusieurs instruments, et se nourrit de ses expériences de comédienne pour occuper la scène avec une prestance remarquable. Elle confie d’ailleurs au magazine Indy Week que cette pluridisciplinarité est, pour elle, essentiel pour être libre dans sa musique et être maitresse de son propre univers musical.
La musique de Fatoumata Diawara allie jazz, blues et une importante influence des traditionnels chants wassoulous.
En février 2019, elle est nominée au 61e Grammy Awards pour les titres de Best World Music Album avec Fenfo et Best Dance Recording avec son titre Ultimatum en featuring avec Disclosure.

Fatoumata Diawara en concert en France, les dates à ne pas manquer :
Le 11 juillet au festival des Suds, à Arles.
Le 12 juillet au Théâtre Antique de Vienne.
Le 14 juillet au Festival Terres du Son, à Tours.
Du 2 au 4 août au Festival du Bout de Monde à Crozon.