La Chambre Africaine de l’Energie, qui regroupe les professionnels des métiers de l’énergie et des mines en Afrique, vient de publier son rapport annuel. Elle prévoit que l’Afrique pourrait fournir 20% des besoins en gaz liquéfié de la planète d’ici 2025 en augmentant massivement ses exportations.

Les gisements découverts au Mozambique, au Sénégal, en Mauritanie et en Tanzanie contiendraient 200 TcF (Trillion cubic Feet), suffisamment pour fournir les 2/3 des besoins mondiaux pendant 20 ans. A cela il faut ajouter les 200 TcF de réserves du Nigéria.

En 2018, l’Afrique Subsaharienne fournissait 10% de la production globale de gaz naturel liquéfié avec 28 millions de tonnes par an.

En 2025 cette production pourrait se monter à 150% pour atteindre 84 millions de tonnes, soit 15 à 20% du marché mondial.

Les grandes sociétés pétrolières Total, Exxon Mobil ou Schell sont de plus en plus intéressées par ces gisements et leur exploitation.

75 milliards de dollars seront investis, principalement au Mozambique pour la réalisation de chantiers. Des champs gaziers offshore au large de la Mauritanie et du Sénégal devraient entrer en fonction dans le courant de l’année 2020.

L’économie de ces pays devrait donc profiter largement des richesses fournies par ces gisements.