A Palos de la Frontera à Huelva, des milliers de travailleurs saisonniers, principalement des femmes venues quelques mois auparavant pour la récolte des fraises, sont restés bloqués sur place à cause de la pandémie. Après des mois sans pouvoir quitter l’Espagne, la réouverture des frontières leur a permis d’enfin rentrer au Maroc.

La première phase de rapatriement a commencé le 23 juillet avec le retour de 1 700 travailleuses saisonnières sur le territoire marocain. L’ambassadrice marocaine en Espagne, Karima Benyaich, a félicité cette nouvelle. Au total, 7 000 femmes vont rentrer au Maroc dans les prochains jours et le gouvernement marocain tient à leur rendre « un grand hommage ». En effet, malgré le confinement, elles ont continué à travailler dans les champs espagnols.

Le mouvement espagnol « Femmes 24h », défendant les droits et la reconnaissance de ces travailleuses saisonnières, a rappelé qu’elles font un travail essentiel non seulement pour l’Espagne, mais aussi pour l’Europe entière, les fruits récoltés étant exportés sur tous le continent.

Elles devront faire un test de dépistage du Covid-19 pour pouvoir retourner en Espagne pour la prochaine saison de récoltes.