Les députes Sira Sylla (LReM) et Vincent Ledoux (Agir) appuient actuellement le vote de deux amendements à l’Assemblée Nationale. Ces deux amendements au Code monétaire et financier permettrait d’alléger les frais de transfert d’argent vers l’Afrique, qui se placent des les plus élevés au monde.

Alors que la crise sanitaire menace de faire chuter de 23% en 2020 les envois de fonds vers l’Afrique, ces deux amendements permettrait de limiter la tendance. En effet, ces envois d’argent sont très importants pour la consommation des ménages africains, et empêcherait la crise qui menace déjà l’horizon économique des pays de la région.

L’assouplissement du système actuel de transfert d’argent, appelé de « bibancarisation », a plusieurs bénéfices, tant pour la France que les pays africains, comme l’allègement des aides envoyés par les pays donateurs permises par le financement de l’économie africaine par les transferts d’argent. Il permet notamment aux banques africaines de proposer leur service en France, mais celles-ci restent encore assez limité sur le territoire à cause des conditions d’entrées.