Le Maroc, comme le reste des pays du continent africain, n’est pas des plus touchés par le coronavirus. Les impacts sont plutôt de nature économique et financière.

La vie « normale » ne peut pas se poursuivre au royaume en période de confinement. C’est donc environ 4 millions de familles, qui tirent leur revenu du travail informel ou précaire, qui se retrouvent en difficulté.

Des aides financières leur seront apportées, a annoncé Mohamed Benchaaboum, ministre de l’Economie.

Le fonds spécial d’urgence « Covid-19 » a déjà apporté son aide à plus d’un million de foyers marocains en situation précaire.

Ces aides s’élèvent de 800 à 1 200 dirhams [74 à 111 euros] par mois. Elles prennent aussi la forme de gestes commerciaux comme des reports de crédit à la consommation et gel de factures.

Voilà ce qui devrait aider dans la lutte contre la progression de la précarité dans un pays où l’on compte environ 3 millions d’habitants pauvres sur 35 millions au total.