Au Burkina Faso, le port du masque a été rendu obligatoire depuis le 27 avril.

Il y a actuellement environ 600 cas de contamination, 450 guérisons et 40 décès liés à l’épidémie de coronavirus, chiffres enregistrés depuis début mars. Ils sont aussi bien moins importants que ceux d’autres régions du monde (Etats-Unis, Italie, Espagne et France)

Malgré cette obligation qui a pour but de limiter la propagation du virus, le gouvernement burkinabè envisage la réouverture des écoles qui étaient fermées depuis le 16 mars.

Une décision que conteste des enseignants et parents qui craignent que la circulation du virus et la difficulté de respecter les mesures d’hygiène nécessaires.

Toujours est-il que des masques seront mis à disposition et les établissements où le virus a déjà circulé seront désinfectés.

En attendant les cours sont mis en ligne par les professeurs, ce qui permet de ne pas réduire à néant les efforts qu’ont fourni les étudiants et écoliers ; il est toutefois important de rappeler qu’en 2017, seul 10% environ des Burkinabès ont accès à internet… Le retour physique à l’école semble donc la meilleure solution vis-à-vis de l’éducation.